16 Juin 2014

Surfaces continentales

Au cours des 3 dernières décades, différentes techniques de télédétection ont été développées pour la caractérisation de la variabilité spatio-temporelle. La télédétection active a particulièrement contribué à l'estimation des différents paramètres de surface : humidité des sols, rugosité des sols, et zones humides.

L'humidité de surface des sols joue un rôle crucial dans le cycle de l'eau continental, plus spécifiquement dans la répartition des précipitations entre écoulement de surface et infiltration, et dans la répartition des radiations incidentes entre flux latent et chaleur sensible.

L'humidité de sols influence donc les flux de vapeur d'eau atmosphérique et par conséquent les précipitations. Divers modèles de prédiction météorologiques numériques ont démontré la grande sensibilité de la prédiction de pluie aux conditions ambiantes d'humidité des sols.

Une étude faite par Koster et al. (2004) illustre l'importance de l'humidité des sols sur les précipitations dans diverses régions du globe.

La rugosité de surface des sols est un facteur clé dans le processus d'émission de poussière minérale. Il affecte à la fois la quantité de matière potentiellement érodée et la vitesse minimale requise pour soulever les particules de poussière.

Parmi les divers aérosols atmosphériques, les poussières minérales en région aride et semi-aride sont les plus abondantes, avec un rôle important et complexe dans le bilan radiatif atmosphérique. Pour évaluer leur impact, des efforts sont faits pour modéliser les cycles de la poussière, ce qui requiert une description du processus éolien.

Des modèles physiques d'émission de poussière minérale ont donc été récemment développés basés sur une description explicite des principaux processus physiques impliqués durant la production de poussière. Ils incluent la paramétrisation des seuils d'érosion en fonction des paramètres de rugosité de la surface.

On estime que les zones humides et inondées (incluant les rizières) occupent environ 86 106 km² de la surface de la Terre, parmi lesquels 48 106 km² sont localisés dans les tropiques et sub-tropiques. Bien qu'elles n'occupent que 6% des surfaces libres de glace de la Terre, elles jouent un rôle majeur dans les cycles hydrologiques et biochimiques.

CFOSAT sera une opportunité importante d'obtenir des mesures radar multi-incidences pour mesurer les paramètres des surfaces continentales.